/ NOUVELLES EN FRANCAIS

NOUVELLES EN FRANCAIS | 23 gennaio 2023, 15:58

Le Peintre et l'Alchimiste un roman à la fois historique, ésotérique et fantastique

Jean de Pingon est historien de la Savoie, érudit et passionné, il a fondé la Ligue savoisienne en 1994, mouvement mis en sommeil en 2012

Le Peintre et l'Alchimiste un roman à la fois historique, ésotérique et fantastique

Jean de Pingon est historien de la Savoie, érudit et passionné, il a fondé la Ligue savoisienne en 1994, mouvement mis en sommeil en 2012. Son ouvrage « Savoie française » publié en 1996 et constamment réédité depuis a démontré que la Savoie n'est pas seulement une région circonscrite dans deux départements français mais demeure un pays annexé où la France n’a d’autre légitimité qu’un traité que l’ONU a refusé d’enregistrer en 2012.

Aux côtés de l’historien, marche également un romancier, et les deux ensemble ont écrit un fabuleux roman à la fois historique, ésotérique et fantastique : « Le Peintre et l'Alchimiste ».

La trame de départ est simple : une commande à Ulysse, un peintre spécialisé dans les marines, d'une douzaine de tableaux, de la part de son ancien professeur qui vient de décéder. À cette condition, Ulysse héritera, entre autres, d'un chalet en montagne où il devra réaliser la commande.

Voilà donc le départ d'une fiction, où viendront se greffer petit à petit des dizaines d'éléments aussi surprenants qu'inattendus, joignant l'histoire de la mythique Sabwald, la Savoie burgonde, à une recherche historique et ésotérique, faisant intervenir l'héritage de l’Égypte ancienne et le savoir des anciens grecs.

La connaissance, c’est le pouvoir ; pour cela sa transmission est souvent occultée ou cachée. Quel savoir a permis au pâtre Gygès, l’ancêtre de Crésus, de devenir roi ? De qui Pythagore a t-il reçu son initiation ? Quelle est l'origine de la connaissance occidentale et de la naissance des monothéismes ?

Un vaisseau spatial échoué sur le pâturage de Gygès, et décrit par Platon comme un cheval de bronze avec des fenêtres, y serait-il pour quelque chose?

D'autres personnages également, la petite Émérentiane, venue d'on ne sait quel monde, une parapentiste, Sélène qui ne laisse pas Ulysse indifférent, et puis Litta, une veuve aristocrate qui jouit des biens de son mari disparu (?) en mer Baltique.

Pour ficeler la trame de son récit, Jean de Pingon, s'appuie sur le fait que « nul n'a intérêt à contester une légende ». De ce fait, les mythes grecs sont-ils de simples légendes, ou des masques pour transmettre des faits réels ? Jouant sur cette ambivalence, l'auteur va intégrer à l'histoire des personnages et des lieux

qu'on aurait de la peine à rassembler. De l'île de Bornholm dans la Baltique, berceau des Burgondes, ancêtres de bien des Savoisiens (il existe sur cette île une commune nommée Allinge !), à l'abbaye d’Agaune, dite de Saint Maurice, dans le Valais, (mais son nom n'est-il pas usurpé ?), jusqu'à la basilique de

Valère à Sion, ou le temple de Saïs en Egypte, de ces lieux l’auteur nous interroge pour savoir si des vérités ne se dissimuleraient pas dans les légendes ?

Ajoutons encore à cela une secte et un ordre religieux qui travaillent à influencer le destin de la planète, et le travail pictural d'Ulysse, douze tableaux représentant les douze saisons, qui servira à la réalisation du Grand Œuvre des alchimistes.

Mais qui est réellement à la manœuvre ?

red./rl

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore