/ Consiglio Valle

Consiglio Valle | 19 gennaio 2022, 09:41

LA DÉMAGOGIE AU TEMPS DU COVID

Au lieu de critiquer et de proposer des solutions absurdes qui ne sont pas acceptables par les lois nationales, ils devraient plutôt faire pression sur leurs camarades qui siègent à Rome, exactement comme ils l'avaient tant vanté lors de la campagne électorale

LA DÉMAGOGIE AU TEMPS DU COVID

Nous sommes désormais habitués à l'exploitation de thèmes démagogiques qui chevauchent la fragilité émotionnelle de chacun d'entre nous, éprouvés par la fatigue et la tension alors que nous ne voyons pas la fin des différentes vagues pandémiques. Cependant, cela devient insupportable lorsque, d'une certaine opposition régionale, arrivent des accusations non étayées par des faits, qui ont pour but évident d'exploiter la souffrance des citoyens à des fins de consensus politique.

Les critiques soulevées au travail de la majorité dans le domaine sanitaire, bien que complètement stériles et basées sur le néant, sont encore plus mesquines si l'on tient compte de quel côté politique de l'opposition elles viennent. En fait, il est inconcevable que, d’une part, ceux qui, pour satisfaire des intérêts très personnels, ont donné naissance à des créatures politiques nouvelles et confuses, contribuant ainsi fortement à la division en alignements au sein du Conseil, se lancent aujourd’hui à invoquer l'esprit de communauté.D’autre part, il est incroyable que précisément ceux qui, lorsqu'ils étaient au Gouvernement régional se sont distingués par une immobilité et une incapacité totales, aient maintenant le courage d'accuser le Président Lavevaz d'agir en dehors du temps maximum.

Et c'est paradoxal que ce soient justement les conseillers de cette partie politique, c'est-à-dire de La Lega, qui ont l’audace de présenter une motion dans laquelle ils demandent au Président Lavevaz de changer le mode de calcul des malades hospitalisés du Covid, alors qu'ils savent très bien que c'est le Gouvernement National, dont ils font partie, qui a fixé les paramètres actuels.

Au lieu de critiquer et de proposer des solutions absurdes qui ne sont pas acceptables par les lois nationales, ils devraient plutôt faire pression sur leurs camarades qui siègent à Rome, exactement comme ils l'avaient tant vanté lors de la campagne électorale.En revenant à l’analyse de la situation sanitaire actuelle, nous le savons, elle est plutôt critique: selon les méthodes de calcul en vigueur, il n'y a que quatre admissions aux soins intensifs pour nous faire passer en zone rouge.

Les conséquences seraient dramatiques.Les Gouverneurs de Régions, à travers la Conférence État/Régions, ne cessent de demander à l'État de changer le mode de calcul et surtout le système de coloration des Régions, qui à ce jour, suite à la campagne de vaccination, est délétère pour le système économique, mais pas forcément utile pour contenir le virus.

Cristina Machet

Une table technique nationale est en train de travailler à la création de nouvelles mesures pour l'endiguement de la pandémie, mais pour l'instant on applique encore les règles en vigueur. En revanche, la méthode de calcul actuelle prévoit que les places occupées à l'hôpital sont comptées, qu'elles soient Covid ou non. La Vallée d’Aoste, en ces années d’urgence, a mis en œuvre toutes les actions possibles pour répondre aux exigences sanitaires locales, non seulement en doublant les places en soins intensifs, mais en les triplant.

En effet, notre Région a toujours eu 10 places en réanimation, celles qui dans les années passées répondaient aux besoins en fonction de la population, mais maintenant - malgré ce qu’on lit ou on entend de différents côtés - ces places sont au nombre de 33! Malheureusement, malgré tous ces efforts, une fois dépassé un certain pourcentage de places, on passe à la coloration suivante.

Il n’y a plus des solutions techniques, d’autant plus qu’un poste de réanimation nécessite un médecin et deux infirmières spécialisées pour chaque patient. La seule voie praticable est celle déjà mise en place, demander aux Forces Gouvernementales Nationales, compte tenu du fait que le système de coloration doit varier, de "suspendre" le passage en zone rouge dans le cas où se présentent quatre autres hospitalisations en soins intensifs. L'Union Valdôtaine

 

L'Union Valdôtaine

 

ascova

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore