/ NOUVELLES EN FRANCAIS

NOUVELLES EN FRANCAIS | 05 ottobre 2021, 18:17

Le Green Pass énième cheval de Troie

COMUNICAZIONE AUTOGESTITA PAYS D’AOSTE - Chaque fois que nous cédons à un chantage, nous nous préparons à en accepter un autre pire

Le Green Pass énième cheval de Troie

Pays d'Aoste Souverain, après avoir déjà manifesté son opposition au Green Pass dès son entrée en vigueur, réitère son opposition totale face à son maintien voire son resserrement injustifié à venir. Bien sûr il faut toujours être très attentifs car le virus existe, mais on le connaît de mieux en mieux. Surtout on sait désormais que ni le vaccin et surtout pas le Green Pass ne protègent de la contagion.

Des tests salivaires non invasifs gratuits pratiqués de façon aléatoire sur tous les travailleurs seraient certainement une surveillance plus efficace. Pays d’Aoste Souverain en tant que mouvement indépendantiste a toujours considéré l'individu comme la première cellule de la société, dans laquelle chacun peut faire ses propres choix dans le respect des autres y compris en ce qui concerne le vaccin.

La coercition conduit à l'annulation de la personne et à sa mortification. Chaque fois que nous cédons à un chantage, nous nous préparons à en accepter un autre pire.

(Chritian Sarteur)

Ce passeport faussement peint comme un symbole de liberté, en plus d'être illégitime car il n'est pas conforme aux dispositions n. 36 du Règlement UE 953/2021, il est totalement arbitraire empêchant les gens de travailler et les jeunes à socialiser. Il peut aussi s'avérer être un boomerang dans le secteur du tourisme: de nombreux clients étrangers choisissent déjà les stations alpines avec moins de restrictions.

Ceci dit, Pays d’Aoste Souverain INVITE l'administration régionale, fondée sur un STATUT SPÉCIAL né pour le respect des minorités, à réprimer certains de ses représentants fomenteurs d'injures et de haine et à considérer les Valdôtains tous avec les mêmes droits en abrogeant immédiatement le GP. Trop de fois les Valdôtains ont dû céder aux impositions violentes ou aux fausses flatteries de l'État italien.

Nous ne devons pas accepter cet énième cheval de Troie.

Le responsable politique Christian Sarteur

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore