/ ISTRUZIONE E FORMAZIONE

ISTRUZIONE E FORMAZIONE | 12 giugno 2020, 12:35

Dernier jour du calendrier scolaire 2019/2020 : le message de l’Assesseure Chantal Certan aux élèves, à leurs familles, aux enseignants et au personnel scolaire

À l’occasion de la fin de l’année scolaire 2019/2020, l’Assesseure à l’Éducation, à l’Université, à la Recherche et aux Politiques de la jeunesse Chantal Certan propose quelques réflexions sur la vie de l’école dans le cadre de la crise sanitaire due à la Covid-19 et s’adresse aux élèves, à leurs familles, aux enseignants et au personnel scolaire pour leur souhaiter de bonnes vacances, avant leur retour en classe en septembre prochain

Chantal Certan

Chantal Certan

C’est une fin d’année scolaire insolite, et sans aucun doute unique, que nous vivons en ce mois de juin 2020. Tout aussi insolite que le parcours scolaire de ces quatre derniers mois d’« école », qui s’est greffé sur un moment historique, social et culturel sans précédent.

La véritable histoire de ce qu’a été, et est toujours, l’épisode « coronavirus » n’est pas encore écrite, mais une chose est certaine : au cours de cette période constamment marquée par des regains d’incertitude, l’école a dû renoncer à son rôle principal d’espace sûr pour nos enfants et leurs familles, ainsi que de lieu d’agrégation et d’échange pour les nouvelles générations.

Je peux vous dire qu’à titre personnel, j’ai vécu avec difficulté ce renoncement et qu’à plusieurs reprises, j’ai déployé tous les efforts possibles pour que les classes puissent reprendre, en toute sécurité bien entendu, pour les élèves, les enseignants et le personnel scolaire, et ce, parce que j’ai toujours été profondément convaincue de la force de l’école, en tant qu’élément incontournable de croissance pour la vie et les relations sociales.

Cela ne s’est pas fait.

Cette décision qui, comme dans le reste du monde, d’ailleurs, devait en premier lieu tenir compte des exigences des jeunes et de l’organisation de l’école – organisme de formation par excellence – avant de relancer l’économie, n’a pas été prise. Comment peut-on faire repartir le système économique d’un pays sans penser en premier lieu aux enfants et aux adolescents, et en ajoutant ce nouveau fardeau sur les épaules des familles au moment de la relance ?

Il ne fait aucun doute qu’au cours de ces derniers mois, l’enseignement à distance s’est avéré un outil précieux, mais il ne saurait transmettre l’essence du rôle éducatif de l’école : en effet, il ne suffit pas pour répondre aux exigences d’éducation nécessaires à la croissance d’un jeune et à son insertion progressive dans le contexte social des « grands ».

De plus, pour les familles comme pour les élèves, l’enseignement à distance a été synonyme d’engagement et de responsabilité. C’est pourquoi je pense qu’en ce moment de réflexion à la fin de l’année scolaire, il est juste de remercier tous les parents qui ont joué un rôle si important au cours des derniers mois, parce que – et surtout pour les élèves les plus jeunes – c’est à eux qu’ont, de fait, été déléguées les fonctions d’éducateurs et de soutien scolaire qu’exercent normalement les enseignants, tandis que ces derniers ont, pour leur part, dû adapter leurs activités au contexte de l’enseignement à distance.

L’école s’est déplacée dans les maisons, où elle a dû trouver une nouvelle dimension, par le biais des familles.

C’est donc en particulier aux familles que je m’adresse en cette fin d’année scolaire, pour partager avec elles quelques réflexions sur l’expérience que ce moment historique, si bouleversant et inattendu, a constitué pour nous tous. Le monde de l’école et de l’éducation en a tiré des enseignements : la compréhension et la perception du fait que l’« espace école » est un des éléments fondamentaux de notre société, de son développement, de sa survie et de son évolution.

Cet espace a besoin de l’apport et de la présence de tous et nous devons nous engager à faire en sorte qu’il redevienne un lieu sûr pour nos jeunes et pour tous ceux qui œuvrent et travaillent en son sein, afin d’assurer la poursuite du parcours éducatif des jeunes générations.

Je pense, enfin et surtout, aux enfants de la première année, dont beaucoup avaient commencé avec tant d’efforts et de joie à apprendre à lire et à écrire et qui, au mois de mars, ont dû interrompre, non sans frustration sans doute, ce moment d’apprentissage et les relations avec leurs camarades. Je pense également aux jeunes des écoles moyennes et à ceux qui vont passer leur examen de maturité et pour lesquels cette épreuve marquera le début d’un autre chapitre de leur vie : pour vous, plus encore que pour les autres jeunes, cette année scolaire a été différente et vous a imposé de faire appel à votre sens des responsabilités et à vos capacités d’organisation. Ces derniers mois ont été une « école de vie » au quotidien pour votre vie scolaire. Je souhaite que vous puissiez tirer un enseignement de tout cela et que cette parenthèse vous renforce et vous permette d’avoir davantage confiance en vos capacités, vos compétences et vos énergies.

À vous tous, élèves, enseignants et parents, je souhaite un bon été à l’enseigne de la sérénité. Au revoir en septembre, sur les bancs de l’école.

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore