/ FEDE E RELIGIONI

FEDE E RELIGIONI | 25 settembre 2021, 12:00

ÉVANGILE DE DIMANCHE: DE L'INTÉGRISME À L'INTÉGRATION RELIGIEUSE

26ème D.T.O.B COMMENTO DI ABBÉ FERDINAND NINDORERA AL VANGELO DI DOMENICA 19 SETTEMBRE 2021

ÉVANGILE DE DIMANCHE: DE L'INTÉGRISME À L'INTÉGRATION RELIGIEUSE

Moïse dit à Josué:"Et si le Seigneur pouvait rendre son peuple, un peuple de prophète"?
Jésus dit à Jean: "Qui n'est pas contre nous est pour nous".
Comment concilier ces paroles riches d'indication pour l'ouverture vers l'oeucuménicité et la parole de saint Cyprien de Carthage qui disait, "extra ecclesiam, nulla salus"(hors de l'église, point de salut)? Dans l'âme humaine non chrétienne, y a-t-il quelque chose de chrétien que les théologiens appellent la pierre d'attente de l'Évangile du salut?
La méditation se penchera sur ces problématiques.

1. Contre le péché de la jalousie.
Il y a un rapport étroit entre la première lecture du livre des Nombres et l'Évangile de ce dimanche, même si les personnes qui y sont impliquées, le temps et l'espace, sont différents. Moïse interdit Josué d'interdir les deux hommes qui sous l'action de l'Esprit Saint, prophétisent hors de la Tente.

Il s'agit de Eldad et Médad. Moïse dit à Josué:" Serais-tu jaloux pour moi? Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux!". Quelle sagesse et humilité de Moïse! L'Évangile de Marc nous présente un cas similaire de la jalousie des Douze représentés par Jean et la tendresse de Jésus envers celui qui expulse les démons au nom de Jésus, ne faisant pas partie du cercle des disciples. Jésus calme Jean devenu intolérant envers cet intru en disant: "Celui qui n'est pas contre nous est pour nous". Quelle est l'intention, la raison qui se cache dans l'esprit des disciples de Jésus?
Il s'agit du péché qui nous guête tous, l'envie, la jalousie, le mépris des autres qui ne pensent pas comme nous. Aujourd'hui, l'intransigence, l'intolérance, le dualisme manichéen et les préjugés continuent à diviser le peuple de Dieu. Ouvrons nos coeurs au souffle de Dieu et soyons constamment à l'écoute du Verbe pour vaincre ce péché de jalousie.

2. Qui n'est pas contre nous est pour nous.
Par cette parole libératrice, Jésus nous introduit dans une religion du coeur, enracinée dans la charité. Qui fait le bien est mû par l'Esprit de vérité qui habite en nos coeurs. Il dit à ses disciples: quiconque vous donnera même un verre d'eau en mon nom, aura la récompense. La catholicité dans l'enseignement de Jésus transcende les murs des églises construites par les hommes. Par conséquent, le jugement final concerne tout le monde et le critère est la charité. Jésus veut que nous participions à sa liberté, à sa vaste vision.

Il nous invite à briser nos étroitesses, pour entrer dans la richesse et la nouveauté de son Évangile. Qui n'est pas contre nous est pour nous, veut aussi dire que quiconque n'est pas contre son église est pour son église, même s'il peut être hors de l'église. La philosophe Simone Weil, n'étant pas baptisée, brûlait d'amour pour l'eucharistie. Elle préfèrait se mettre au seuil de l'église, sans y entrer. Elle disait que sa vocation est semblable à celle d'une cloche qui appelle sans cesse les chrétiens à entrer dans l'église, tout en restant à l'extérieur.

Cet élan du coeur du non catholique vers les biens surnaturels que nous recevons dans les sacrements, constitue le ferment dans la pâte de l'humanité. Influencée par sa spiritualité cosmique, Simone Weil considère le monde comme une cathédrale et l'océan comme un grand baptistère.

Qui parle bien de Jésus comme cette jeune femme juive, même s'il est en dehors de l'église instituée et hiérarchique est son ami. Il est membre de la grande église invisible dont la clef de voûte est le Seigneur. C'est dans cette vaste vision de la catholicité spirituelle universelle que Karl Rahner décele les saints anonymes hors de l'église institutionnelle et Hans urs von Balthasar dénonce des athées anonymes à l'intérieur de l'église catholique.

3. Église au service de la comunion.
Cette parole de Jésus, brise toute forme d'intégrisme religieux et encourage la diversité sans se déraciner de sa propre identité et intégrité. L'enseignement de Jésus n'est pas donc laxiste.  Il ne s'inscrit pas dans une fausse logique qui divise à l'intérieur de l'Église les traditionnalistes et les progressistes. Cette querelle ne  cesse de désorienter le peuple de Dieu. Cependant, l'Église demeure sainte par sa Tête et pécheresse dans ses membres.

Saint Ambroise écrivait à ce propos:" L'Église en soi est sans péché, mais elle n'est pas sans pécheurs dans ses membres ( Non in se, sed in nobis vulneratur Ecclesia). Si le vieil homme ne détruit pas le jeune homme en nous, il ne nous laisse pas sans tâche. Le Christ nous les lave dans le sacrement de la réconciliation. Donc nous sommes plus que vainqueurs par celui qui est mort et ressuscité pour nous. Étant pécheurs pardonnés, il ne revient pas à nous de limiter la fécondité de la vie divine en tout homme de bonne volonté.

4. Prière à l'Esprit Saint.
Hôte intérieur, Âme de mon âme, déracine en moi le virus de la jalousie, du fondamentalisme et intégrisme de tout genre, enracine-moi dans la charité et dans l'humilité, pour être partisan de la concorde. Vierge Marie, mère de l'Église, prie pour nous. Amen.



Bon dimanche frères et soeurs.  

 

 

Paix et joie dans le Seigneur
Ton frère Abbé Ferdinand Nindorera


 

 

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore