/ FEDE E RELIGIONI

FEDE E RELIGIONI | 31 luglio 2021, 12:00

ÉVANGILE DE DIMANCHE: LA FOI EST L'OEUVRE DE DIEU

18ème DTO.B COMMENTO DI ABBÉ FERDINAND NINDORERA AL VANGELO DI DOMENICA 1 AGOSTO 2021

ÉVANGILE DE DIMANCHE: LA FOI EST L'OEUVRE DE DIEU

LA FOI EST L'OEUVRE DE DIEULe sixième chapitre du quatrième évangile de saint Jean que nous avons commencé le dimanche dernier va nous accompagner jusqu'au 21ème semaine de ce temps liturgique B. Tout commence par le signe de la multiplication du pain pour rassasier la foule.Aujourd'hui, Jésus commence à nous dévoiler progressivement la vérité du signe qu'il vient d'accomplir. Quelle est cette vérité? Quels sont les obstacles de cette vérité contenue dans le signe? Comment la foi qui est vérité vitale m'engage-t-elle dans l'existence? La vérité est présence, rapport, amour, une personne, Jésus Christ.1. L'appel à l'adhésion à la foi.La foule après avoir mangé à satiété, ne veut plus quitter Jésus. Elle veut le rendre tout de suite roi, un souverain qui leur donnera toujours un bonus du pain sans rien faire. La foule est enthousiaste. Elle ne sait pas que Jésus est roi éternel, prince de la paix, image parfaite du Père.L'évangile d'aujourd'hui précise bien la finalité du signe. Jésus dit à la foule:" Vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travailler pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l'homme, lui, que Dieu le Père, a marqué de son sceau". À la question que la foule lui pose, Jésus répond: "L'oeuvre de Dieu: que vous croyiez en celui qu'il a envoyé". Ainsi, l'oeuvre accomplie par Dieu dans son Fils est l'invitation à la foi, "pistis", en mettant toute sa confiance en lui. La foi signifie dans ce contexte, "suivre Jésus ", "habiter, demeurer avec Jésus ", "être à son écoute". C'est ce qui manque à la foule qui cherche Jésus pour avoir encore du pain matériel. L'obstacle de la foi est l'oubli des merveilles de Dieu  accomplies dans l'histoire pour s'attacher à des pains qui se perdent. Ce péché s'appelle "la mémoire courte". En quoi consiste ce péché?2. Le péché de la mémoire courte.Le péché de la mémoire courte consiste à oublier l'essentiel pour s'attacher au relatif qui passe. La mémoire courte manipule la vérité, la pollue, jusqu'a la nier pour défendre de petits intérêts. Ce péché porte aussi le nom de malhonnêteté intellectuelle qui nie sciemment l'objectivité des événements historiques. L'exemple frappant est le cas du peuple d'Israël qui oublie ce que Dieu a fait en les libérant de l'esclavage d'Egypte, en les faisant traverser la mer rouge. En un peu de temps, ils ont oublié la Pâque, ils ont voulu sacrifier la foi en Dieu Ssuveur au profit des plaisirs de l'estomac. Ils préfèrent renoncer à la dignité d'être un peuple d'alliance, pourvu qu'ils mangent de la viande et du pain en abondance. Le terme nostalgie veut dire en grec, "retour à la racine". La vraie racine de l'homme ne doit pas être un pays de l'esclavage, mais un pays de liberté, de dignité, de promesse dont l'entrée exige la foi, le service et le sacrifice. Les israélites ont donc commis un péché grâve. Leur nostalgie ne devrait pas être le désir de retourner au pays des "marmites de viande", mais l'ouverture vers un avenir promettant, l'entrée dans la terre promise. Ce péché d'ingratitude nous guête tous. Nous chantons Dieu quand tout va bien, mais en face des difficultés de la vie, nous oublions Dieu. Nous voulons rester au pays des marmites de viande. Notre vocation est d'aller plus loin. Il est nécessaire de ne pas s'arrêter sur quoi que ce soit. Il ne faut pas rester en arrière, ni s'attarder avec hier. Cela exige une conversion permanente.3. Devenir homme nouveau. Saint Paul distingue dans la seconde lecture, l'homme nouveau de l'homme ancien. L'autre catégorie de l'anthropologie paulinienne qui va dans le même sens de l'ancienneté spirituelle et de la nouveauté de l'homme illuminé par la lumière du Christ, est la chair qui s'oppose à l'esprit. L'homme ancien est guidé par la loi de la chair ou la loi de la pesanteur selon Simone Weil. L'homme ancien vit dans l'avidité, dans l'égoisme, dans la gourmandise et toutes les formes de corruption sont présentes en lui. S'il a la responsabilité, il traite les personnes comme des esclaves ou animal de somme. Platon insiste sur l'importance de la formation pour ceux qui aspirent à la politique et déconseille les hommes vulgaires, immoraux à l'accès aux services publics. Même Aristote son disciple affirme que l'homme politique "zoè politikon", doit avoir une certaine autonomie(autos-nomos), un sens d'auto-législation, le gouvernement de soi(autarcheia) pour être responsable des autres dans la recherche du bien supérieur qui est "l'ordre de la cité des hommes". Cela exige la maîtrise de soi, la discipline, le respect de soi, des autres et de la chose publique(res publica).Saint Paul considère l'homme nouveau celui qui est gouverné par la loi de la grâce sans laquelle la vertu serait impossible. Il dit:" Laissez-vous renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée. Revêtez-vous de l'homme nouveau, créé selon Dieu, dans la justice et la sainteté conforme à la vérité ".L'homme nouveau est donc une lutte constante contre l'homme ancien, une tâche, un devoir-être, une tension continue à la conformation au Christ.4. Prière Seigneur Jésus, ta parole est sens, lumière et vérité. Tu nous dis que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Augmente en nous la soif de ta parole et de ton pain qui donne la vie éternelle. Libère-nous de la mémoire courte et sans fin nous chanterons les merveilles de ton amour. Vierge Sainte, femme du magnificat, prie pour nous afin que notre vie soit:"Merci", "Amen".

 

 

Bon dimanche frères et soeurs

 

 

Paix et joie dans le Seigneur
Ton frère Abbé Ferdinand Nindorera


 

 

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore