/ FEDE E RELIGIONI

FEDE E RELIGIONI | 01 maggio 2021, 13:00

ÉVANGILE DE DIMANCHE: LE VIGNERON, LA VIGNE ET LE SARMENT

Cinquième dimanche de pâques COMMENTO DI ABBÉ FERDINAND NINDORERA AL VANGELO DI DOMENICA 2 MAGGIO 2021 PAROISSE SAINT MARTIN DE CORLEANS - AOSTE - MESSE EN FRANÇAIS A 9H30

ÉVANGILE DE DIMANCHE: LE VIGNERON, LA VIGNE ET LE SARMENT

L'image centrale de ce dimanche est celle de la vigne, après celle di bon pasteur du dimanche dernier.nous interpelle à demeurer en lui, Quel est l'arrière fond de cette allégorie de la vigne? Quel est le sens de l'allégorie pour notre existence? Ce discours nous révèle l'itinéraire de la maturité du chrétien dans le monde.

1. La vigne dans l'Ancien Testament.Le psalmiste, ayant honte des péchés du peuple, prie Dieu ainsi: "En Egypte, il y avait une vigne, Tu l'as enlevée de ce pays, tu as chassé d'autres peuples pour la replanter. Tu as préparé le sol devant elle, elle a enfoncé ses racines dans la terre et elle a occupé tout le pays. Pourquoi as-tu cassé sa clôture? Tous les passants volent ses grappes. Le sanglier de la fôret la détruit et les bêtes des champs la magent. Dieu de l'univers, reviens vers nous! Prends soin de cette vigne. Protège ce que tu as toi-même planté, ce peuple que tu as rendu fort"(Ps79,9-16).

Ce psaume est actuelle aujourd'hui. Il invite les responsables politiques à veiller, à prendre soin de la vigne que Dieu leur a confié, en banissant tout comportement délétaire, sauvage propre des sangliers de la fôret qui dévorent la belle vigne. Jésus veut interpeller ses disciples de rester avec lui, s'ils veulent produire des fruits qui demeurent.

2. Jésus, la vraie vigne
Les destinataires de ce discours de la vigne ne sont pas la foule, mais un groupe très réduit. Jésus fait le testament à ses disciples, une forme de pédagogie de l'amour. Voici ses propres paroles: "Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne produit pas de fruit, mon Père l'enlève. Tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant , pour en porter davantage". Jésus nous montre que notre unité est une émanation de l'unité trinitaire. Le Père est le Vigneron, le Fils est la vigne du Père, une appartenance intrinsèque de réciprocité d'amour.

La vigne se nourrit de la lymphe invisible qui traverse le tronc jusqu'à la dernière feuille du rameau. C'est l'action de l'Esprit Saint qui unit le Père et le Fils et qui donne la vie à l'Église du Seigneur et rend possible la vitalité du monde.

3. Demeurer dans l'amour du Christ.
L'évangile nous invite à l'adhésion totale au Christ, le sacrement du Père. Les dons du Saint Esprit dans l'église sont les conséquences de cette unité intrinsèque du sarment avec la vigne. Le verbe "Demeurer" vient 8fois dans cet évangile. Demeurer en grec signifie "endusasthai" veut dire endosser, porter, habiller. Le verbe demeurer est aussi synonyme de "habiter" d'où tire l'origine d'autres verbes et substantifs comme "habiter, habiller, habituer, habit, habitat, habitude". Le terme latin "habitus" vient de ce verbe "habiter" qui signifie les dispositions de l'âme, l'habileté à faire le bien ou le mal. Saint Paul nous invite à nous "revêtir du Christ", à rayonner des habitudes du Christ. Il est donc fondamentale que le chrétien, petit rameau de la vigne, demeure en Jésus, pour réaliser sa vocation.

Si nous nous séparons de lui, les animaux des forêts ravagent nos ressources, et tous les passants volent nos grappes, selon le psaume 79. Nous avons donc le devoir de demeurer dans le Christ pour notre bien. Le verset 6 de cet évangile exprime clairement cette lourde responsabilité. Le salut ou la perte est une affaire du coeur qui convoque la liberté des choix. Cependant, la foi ne nous est pas donnée une fois pour toute. Il y a des moments obscurs de la foi où l'homme fait l'expérience de la crise, de la nuit où nous sentons l'insupportable lourdeur du silence de Dieu. Dans ces moments, nous sommes tentés de reprendre rebrousser chemin pour reprendre nos anciennes habitudes.

Cette période de crise n'est pas la mort du sarment. C'est plutôt la souffrance de la purification, pour produire de bons fruits. L'église, corps mystique du Christ, a besoin de la purification régulière pour vérifier si elle est en syntonie avec la vraie vigne, Jésus Christ notre Seigneur.

4. Prière
Tu es la Vigne Seigneur, nous sommes tes sarments, maintiens-nous dans ton amour. Car sans toi, nous ne pouvons rien faire. Vierge Marie, toi le jardin bien clos qui nous a donné le fruit de tes entrailles, pose sur nous ton regard, pour que nous restions attachés à ton Fils. Saint Joseph, toi qui par le fruit de ton labeur a nourri et donné la dignité du Verbe éternel devenu homme dans l'histoire, intercède pour nous pour vivre la fidélité de notre vocation. Gloire au Vigneron, gloire à la Vigne, gloire à la Sève,



Bon dimanche du bon pasteur frères et soeurs.

Paix et joie dans le Seigneur ressuscité

 

 

Ton frère Abbé Ferdinand Nindorera.

 

 

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore