/ FEDE E RELIGIONI

FEDE E RELIGIONI | 06 gennaio 2024, 11:00

ÉVANGILE DE L'EPIPHANIE: REGARDER LE CIEL POUR MIEUX VOIR OÙ ON VA

À 9h30 on pourra assister à la Sainte Messe en français, animée par le Coeur de la paroisse, accompagné à l'orgue par le Prof. Paolo Torrente

ÉVANGILE DE L'EPIPHANIE: REGARDER LE CIEL POUR MIEUX VOIR OÙ ON VA

Après la fête de la maternité divine de la sainte Vierge Marie, aujourd'hui nous célébrons la solennité de l'épiphanie. Qu'est-ce que l'épiphanie par rapport à la théophanie?
Dans l'Ancien testament, Dieu communiquait au peuple d'alliance par des signes grandioses comme le feu, le tremblement de terre, l'ouragan, en vue d'amener à la conversion le peuple rebelle. Théophanie signifie Dieu (Theo) qui se manifeste (Phania). Avec l'incarnation, Dieu communique à tous les hommes par la simplicité, la modestie. Seuls les humbles de coeurs reconnaissent que l'enfant qui dort dans une mangeoire est le Roi des rois, Dieu parmi nous qui vient nous sauver, "l'Emmanuel".

1. NOUS AVONS VU SON ÉTOILE ET NOUS SOMMES VENUS L'ADORER.
La lumière du Christ illumine toutes les nations, sa gloire s'est levée sur chacun de nous. "Les païens sont associés au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus", selon saint Paul dans sa lettre aux Éphésiens (2ème lecture).
Les rois mages qui viennent  d'au-delà des mers, marchent joyeux dans la nuit vers la grotte, en offrant l'or, l'encens et la myrrhe. Ils sont guidés par l'étoile qui appartient au Roi qu'ils viennent rendre hommage. Ils disent:"Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui". Par cette phrase, ils font une profession de foi que Jésus est le Verbe par qui tout a été fait et qui est le sens de la vie. Ils n'ont pas peur des risques du voyage, car "l'amour chasse la crainte". Ils regardent le ciel et trouvent l'étoile qui les guide vers la destination. Leur voyage est une vraie odyssée où l'équippage ne donne pas de garantie pout arriver sain et sauf à la destination. Le terme allemand "Erfahrung", traduit en français par le mot "expérience" vient du verbe "fahren" qui signifie "voyager". Chaque expérience profonde de l'existence, chaque recherche scientifique, chaque expérience religieuse, le discernement vocationnel et la décision de se consacrer au Seigneur est une forme de voyage long, une aventure, un itinéraire risquant, qui conduit tout de même à la cité du grand roi, Jésus Christ, notre raison de vivre. L'équippage de ce voyage, est la foi, l'amour, le courage, la joie, l'espérance et la persévérance.
Cette solennité a un sens anthropologique profond que nous pouvons appelé "itinéraire de l'âme vers le royaume de la vérité".

2. IL EST NÉCESSAIRE DE NE PAS S'ARRÊTER SUR LE RELATIF.
Le terme du voyage est le palais de la vérité sans apparence, la grotte. Le Roi qui siège dans ce palais est le petit enfant couvert de langes. Cet enfant n'est pas seulement Jésus qui veut dire "Dieu sauve", il n'est pas simplement un Messie attendu, "le Christ", surtout il est Dieu, Lumière née de la Lumière.
Ce mouvement des rois mages est significatif pour nous. Ils se sentent insuffisants même s'ils ont tout sur le plan économique, et sur l'aspect des honneurs humains. Ce désir que rien d'humain ne peut combler les presse à entreprendre un si long voyage. Saint Paul dit avec raison que "l'amour de Dieu nous presse". Le philosophe français Maurice Blondel affirmait qu'il est nécessaire de ne pas s'arrêter. La raison profonde de ne pas s'arrêter sur le relatif est que les choses de ce monde peuvent nous donner quelques miettes de bonheur, seul Dieu fait homme comble notre soif. Le Psaume 48 confirme cette vérité en disant: "L'homme comblé ne dure pas, il ressemble au détails qu'on abat".

Ces savants venus de loin pour adorer le divin enfant, sont profondement  religieux. Ils sentent en eux l'énergie divine qui leur chuchotte: "Ascende superius ", allez plus loin à Bethléem. "En entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui".
Ces rois sont dignes d'admiration. Ils attestent que la vérité de la foi va au-delà des apparences. La foi est paradoxale sans être absurde. Que l'enfant né dans la pauvreté, en dehors des palais humains somptueux, soit reconnu comme Dieu parmi nous, il faut un saut de qualité, ce que Blaise Pascal appelle "le saut dans le vide", qui exige le vide de nos suffisances, de nos prétentions et présomptions. Ces rois mages, savants, humbles, courageux, correspondent bien aux impératifs contenus dans la prophétie d'Isaie: Debout! Resplendis! Regarde! Lève les yeux! Être débout signifie une libération contre les mauvaises habitudes, contre les vices de stabilité et de stagnation dans ce qui ne peut pas nous sauver. L'homme en marche doit se lever, doit être prêt à partir, à renoncer à ses plaisirs habituels. En rompant avec l'attitude de paresse,  le regard nous porte vers les horizons lointains et nous fait voir l'étoile polaire qui brille dans la nuit pour nous guider vers la grotte du savoir, au royaume de la sagesse.

3. L'ÉPIPHANIE HARMONISE BIEN LA FOI ET LA RAISON
Cette fête de l'épiphanie peut illuminer les scientifiques honnêtes et humbles, pour que leur recherches ne s'arrêtent pas à mis-chemin, à Jérusalem, dans le royaume de la peur et de la violence de Hérode. La  vraie science conduit à l'émerveillement devant le phénomène saturé de sens. Les rois mages interrogent la nature et y décelent le signe qui conduit à la vérité. La nature devient le grand hymne qui chante la gloire de Dieu. La raison bien orientée conduit à la foi et la foi éclaire la raison. Un grand scientifique, honnête, ne peut pas être athée. Sa foi dans un premier temps n'est pas nécessairement une confession. Au départ, il y a une soif de quelque chose qui est au-delà du visible et qui pousse l'âme assoiffée à la recherche de l'eau vive qu'aucun puits ne peut offrir. La foi professée est la conséquence d'un long l'itinéraire de l'âme vers la maison de la vérité, la grotte.

L'attitude des rois mages devant Hérode nous émerveille. Ils doutent et interrogent. Il pensaient que le Messie serait né à Jérusalem. Il s'agit des erreurs partielles dans toute recherche scientifique sérieuse. Mais ils interrogent Hérode qui représente l'ignorance habillée en or, qui ne maîtrise rien de ce qui se passe dans son territoire. Où est le roi qui est né? Que fait le roi Hérode? Il convoque un conseil de guerre contre l'enfant qui ne balbutie pas encore les lettres de l'alphabet humain. Hérode est armé avec une armature lourde contre un enfant couvert de langes. Quelle honte être informé par les rois qui viennent de loin! Sa documentation est déficiente. Sa peur fait contagion à tout le peuple comme le virus (umwera uva i bukuru ugakwira hose).

L'histoire des génocides commence toujours par la peur qui finit par le bain de sang. Hérode a peur de perdre le pouvoir et tue tous les enfants de moins de deux ans, pour être sûr que l'enfant rival est mort. Là où les souverains s'autodivinisent, ce que saint Augustin appelle "l'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu"(Cité de Dieu), "l'obscurité recouvre la terre, les ténèbres recouvrent les peuples". Là où les rois adorent Dieu en esprit et en vérité, "la gloire du Seigneur brille sur eux et la nation marche dans sa lumière".

4. PRIÈRE POUR LES SOUVERAINS DE LA TERRE.
Oh pauvres nouveaux Hérodes qui gouvernent avec terreur! Apprenez des rois mages l'humilité, la simplicité, l'amour et le courage de la vérité pour adorer Dieu. Entrez dans la grotte avec joie, crainte et tremblement pour y apprendre la sagesse.  Soyez à l'écoute du verbe pour gouverner le peuple avec droiture. Offrez votre présent d'or, d'encens et de myrrhe pour rendre grâce au Roi qui vous a constitués pasteurs de son peuple.
"Dieu, donne au roi tes pouvoirs, qu'il gouverne ton peuple avec justice, qu'il fasse droit aux malheureux "(Ps71). Que votre royauté oh souverain de la terre ne cherche pas à asservir le peuple pour accroître vos richesses condamnées à la moisissure, mais à avoir soucis du pauvre qui crie justice, de la veuve qui invoque et de l'orphelin qui pleure.

Bon dimanche de l'épiphanie, frères et soeurs.
Paix et joie dans nos coeurs et dans le monde.
Ton  frère Abbé Ferdinand Nindorera



ascova

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore