/ FEDE E RELIGIONI

FEDE E RELIGIONI | 30 luglio 2022, 11:39

ÉVANGILE DE DIMANCHE: TOUT PASSE, L'AMOUR DE DIEU DEMEURE POUR TOUJOURS

XVIII ème DTO,C.dimance 31 juillet 2022 TUTTE LE DOMENICHE E NELLE ALTRE FESTE DI PRECETTO, LA MESSA IN LINGUA FRANCESE È ALLE 9,30

ÉVANGILE DE DIMANCHE: TOUT PASSE, L'AMOUR DE DIEU DEMEURE POUR TOUJOURS

Le thème qui unit les trois lectures est la relativisation des richesses de ce monde qui passe, pour donner priorité aux biens impérissables du ciel. Saint Augustin écrit à ce sujet:"Les choses de ce monde, les vanités passent, une succède à l'autre. C'est la réalité de notre univers. Le Verbe de Dieu est toujours le même, ne connaît pas de déclin. Fixe donc ta demeure en lui. Mets en lui ce que tu as reçu de lui" (Conf.IV,10). Dans cette vie qui passe, que faire?Augmenter nos greniers pour l'assurance du lendemain incertain ou être riche de Dieu pour donner le sens à cette vie transitoire? Les lectures de ce dimanche nous donnerons une lumière sur la question.

1. TOUT EST VANITÉ.
Qohèleth affirme: "Vanité des vanités, tout est vanité". Il met en procès tout ce qui préoccupe l'homme et découvre leur caractère éphémère. Le Psaume 89 souligne le caractère transitoire de la vie en la comparant à une herbe qui fleurit le matin et qui est fanée, desséchée le soir. Le terme vanité signifie une fumée qui se perd en l'air. Mais alors, que sert le travail? Que sert la vocation humaine au dévéloppement et à la promotion sociale, si tout est vanité? Quel est le message caché derrière cette vision pessimiste du monde, de l'histoire et de la vie ordinaire de l'homme?
L'auteur du Qohèleth dépasse le "panta rei"(tout coule, tout passe) du philosophe du changement, Éraclite d'Éphèse. Il ne faut pas lire ce livre dans la perspective de "l'Absurde" de Albert Camus ou de la "Nausée" de Jean Paul Sartres. L'auteur de l'Ecclésiaste veut consolider la foi en un Dieu, qui seul comble la faim et la soif de l'homme.
Tout est donc vanité, sauf l'amour de Dieu semé dans nos coeurs. Les choses de ce monde, le pouvoir économique, politique, les honneurs,  peuvent nous donner des miettes de bonheur passager, seul l'amour de Dieu nous remplit le coeur.

2. CONTRE L'IDOLATRIE.
Les trois lectures nous mettent en garde contre toute forme d'idolâtrie, afin d'être de vrais adorateurs dans l'esprit et la vérité (Jn4,23). Les idôles qui séduisent les fils d'Adam sont en particulier la divinité de l'argent (Pecunia), la divinité de la battaille pour accroître le pouvoir politique (Vittoria), la divinité de la prospérité agricole (Proserpina) et la divinité de la volupté sexuelle (Cupido, Eros).
L'Évangile de ce dimanche nous aide à avoir une vision nouvelle de la vie et des choses dont elle est constituée. Qui se laisse gouverné par les choses devient ce qu'il aime. Il est chosifié.

Qui est attiré par le Père, tend à lui ressembler. Le colloque entre Jésus et l'homme qui veut que Jésus soit son avocat pour lui remettre dans son droit est d'actualité. Combien de frères se haïssent, ne se saluent pas, sont toujours devant les tribunaux pour des questions d'héritage!

Dans cet Évangile, celui qui prend l'initiative de communiquer est celui qui se sent lésé. Son visage est triste et son coeur est rempli d'angoisse et de peur. Peut-être que son frère unit l'égoisme, l'avidité, l'avarice et la violence. Il se sent opprimé par son frère. Il se décharge sur Jésus dans l'espoir de trouver une solution au problème qui hante son coeur. Cet homme avait sans doute été touché par son enseignement. Mais il ne connaissait pas à fond Jésus.

3. CHERCHEZ D'ABORD LE ROYAUME ET SA JUSTICE.
Jésus n'est pas tendre envers l'homme qui veut l'impliquer dans des questions d'héritage. L'homme aurait voulu aumoins un mensonge bien dit comme:"Je te comprends"; "je vais y réflechir", "on n'y reviendra quand j'aurai du temps". La diplomatie n'est pas le fort de Jésus. Jésus lui dit la vérité qui fâche, car il n'est pas venu créer des "Commissions terres et autres biens". Sa mission est de démasquer la racine du mal, qui est à l'origine de toute injustice et fratricide. Pourquoi Jésus répond à l'homme détruit intérieurement d'une manière aussi dure? Il veut nous introduire dans "la communion à la vérité"  Gemeinschaft in der Wahrheit). Toute injustice naît du mensonge qui consiste à dire faux ce qui est vrai. La finalité du mensonge et de l'injustice peut être la poursuite d'une vaine gloire, la protection des biens mal acquis, la volonté de puissance pour écraser les faibles en les spoliant de leur substance(...).

Selon la méthodologie de Jésus, sa réponse est accompagnée par une parabole. Le personnage au coeur de la narration est un homme habile pour les richesses de ce monde, mais indifférent pour la vie éternelle. En construisant des greniers et en les remplissant du blé, il pensait avoir résolu le problème du lendemain. Pour lui, la clef de la vie est la richesse. Jésus l'appelle "fou", dans le sens de l'ignorance de ce qu'il est sensé connaître. Son erreur d'appréciation et de discernement est qu'il voulait accumuler infiniment les biens comme garantie de sa vie mortelle tout en délaissant l'Infini, source de tout bien. Le terme stupide en latin "stultus", est synonyme de la follie, en grec "àphrosyné". Selon saint Augustin, On peut douter de tout sauf la mort (omnia incerta, certa mors).

Dans l'histoire des pays qui ont été opprimés par les dictatures, un des présidents "qui avait inscrit son nom sur la terre"(Ps48), osait dire sans scrupule:"Moi, ex-président, jamais. Peut-être je mourrais". Il mettait en doute sa mort. Dieu dit à tout homme qui met son espoir dans les vanités du monde:" Tu es fou: cette nuit même, on va te demander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l'aura"? L'homme comblé qui n'est pas clairvoyant ressemble au bétail qu'on abat"(Ps48).

4. PRIÈRE  POUR LE PAIN QUOTIDIEN
Dieu Père,Tu nous dis par la bouche de ton Fils bien aimé, de chercher le Royaume et sa justice, et le reste nous sera donné par dessus tout. Donne-nous aujourd'hui le pain de chaque jour. Accorde-nous l'esprit de liberté envers les biens de ce monde, car notre vie ne dépend pas de ce que nous possédons. Apprends-nous la vraie mesure de nos jours: que nos coeurs pénètrent la sagesse.
Rassasie-nous de ton amour au matin, que nous passions nos jours dans la joie et les chants.  Amen.

Bon dimanche frères et soeurs.
Paix et joie dans nos coeurs et dans le monde.
Ton frère Abbé Ferdinand Nindorera

 

 

ascova

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore