/ NOUVELLES EN FRANCAIS

NOUVELLES EN FRANCAIS | 13 luglio 2022, 11:17

Retour au lieu d’origine le temps d’un été

De juin à septembre, une partie de nos chiens retourne sur leur lieu d’origine mythique, à l’Hospice du col du Grand-St-Bernard. La présence des chiens sur le lieu qui a donné son nom à la race est fermement ancrée dans la mission de la Fondation Barry

Retour au lieu d’origine le temps d’un été

Il fait frais tôt le matin à 2469 m d’altitude. Les premiers rayons de soleil ne parviennent pas encore à réchauff er l’espace extérieur de la résidence d’été de nos douze Saint-Bernard. Cela ne semble toutefois pas déranger les chiens. Alors qu’en bas, dans la vallée du Rhône, les thermomètres affi chent des températures estivales dès le matin, les Saint-Bernard apprécient le climat agréable du col du Grand-St-Bernard.

Les gardiennes viennent de les faire passer de leurs box intérieurs, où ils ont passé la nuit, dans les box extérieurs. Ils se défoulent et jouent avec leurs congénères.Dès que la route du col est déneigée au mois de juin, l’équipe de cynologie amène une douzaine de nos Barry jusqu’au chenil qui se trouve à l’intérieur et à l’extérieur de l’imposant bâtiment de l’Hospice. Les chiots et les chiens plus âgés restent à Martigny, car l’environnement rocheux du col n’est pas idéal pour leurs hanches.

En 2005, lors de la reprise de l’élevage de la congrégation des chanoines du Grand-St-Bernard, la fondation stipulait dans ses statuts qu’une partie des chiens devait être ramenée chaque année sur leur lieu d’origine pour rendre ainsi hommage à la tradition séculaire. Les chanoines de l’Hospice ont posé la première pierre du célèbre élevage et ont élevé les Saint-Bernard pendant des années comme chiens de sauvetage.

De nos jours, il n’est plus envisageable de séjourner ici toute l’année, car en hiver et au printemps, le col est difficile à atteindre en raison de la neige et du risque d’avalanche. Mais lorsque nos Barry sont au col, au moins l’une de nos gardiennes passe la nuit à l’Hospice, près des chiens. Pendant la journée, deux à trois autres collaborateurs de l’équipe de cynologie rejoignent le groupe, tandis que les autres gardiennes du chenil de Martigny et de Barryland s’occupent des Saint-Bernard restés dans la vallée.Un programme quotidien varié et bien rodéLe petit déjeuner est prévu à 8 h 30.

Après s’être occupées des chiens, les gardiennes s’accordent une petite pause, puisqu’elles ont entre-temps déjà nettoyé les box intérieurs et fait d’autres préparatifs pour la journée. À 10 heures, le musée de l’Hospice ouvre ses portes. Les premiers visiteurs y affluent et se rendent dans les box extérieurs des Barry pour admirer de près ces chiens légendaires.

Certains chiens font une première promenade aux alentours de l’Hospice avec leur gardienne, tandis qu’une autre prépare les Saint-Bernard qui accompagneront dans quelques minutes les touristes lors de la randonnée estivale qui a lieu deux fois par jour. Le temps au col n’est pas toujours aussi agréable qu’aujourd’hui : les chutes de neige ne sont pas rares, même en été.

Un programme d’entraînement et de soins varié attend les chiens restés à l’Hospice.

Ils font ainsi des jeux d’intelligence pour stimuler le cerveau, s’entraînent à de nouveaux pas de Dog Dancing, leurs griffes sont contrôlées et raccourcies si nécessaire, on leur brosse les dents, contrôle leur poids et ils font éventuellement des exercices de physiothérapie. Les visiteurs du musée de l’Hospice peuvent suivre toutes ces activités.Pendant la pause de midi, les chiens se reposent avant de poursuivre l’après-midi avec d’autres promenades ainsi que la deuxième randonnée guidée du col et le programme d’occupation.

Les chiens reçoivent leur repas du soir à 17h15.

Peu à peu, les touristes quittent le col et le calme s’installe. Parfois, à cette époque, des bouquetins s’aventurent tout près des enclos des chiens et observent comment les gardiennes effectuent les derniers travaux avant la fin de la journée de travail et ramènent les chiens dans leurs lits douillets, dans les murs historiques, pour la nuit fraîche.

red.

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore