/ FEDE E RELIGIONI

FEDE E RELIGIONI | 07 maggio 2022, 11:07

ÉVANGILE DE DIMANCHE: LA COMMUNAUTÉ DE L'ESPÉRANCE

Vème Dimanche de pâques DIMANCCHE 15 MAI 2022 TUTTE LE DOMENICHE E NELLE ALTRE FESTE DI PRECETTO, LA MESSA IN LINGUA FRANCESE È ALLE 9,30

ÉVANGILE DE DIMANCHE: LA COMMUNAUTÉ DE L'ESPÉRANCE

L'Église du Seigneur n'est pas une communauté psychologique, sociologique, matérialiste où l'homme est réduit à ce qu'il fait pour soi-même et pour les autres, en vue de son l'intégration sociale. Si "l'homme n'est homme que parmi les hommes", aussi faut-il dire qu'il n'est rien sans l'amour de Dieu et du prochain. La communauté de l'espérance met son unique espoir dans le Seigneur. Sans cette loi du Christ, tout sombre dans le chaos.

1. LA LOI NOUVELLE.
Jésus plein d'angoisse pour un frère qui se perd, Judas le traitre, donne un commandement nouveau, celui de l'amour. Pourquoi dit-il que c'est un commandement nouveau? Est ce que le désir d'aimer et d'être aimé n'est pas encré dans le coeur de tout homme? Nous nous rendons compte que l'amour est le moteur de notre vie en mouvement au point que l'homme devient ce qu'il aime. Quelle est alors l'originalité de ce commandement nouveau?

Le Christ est le fondement de l'amour authentique, car il a donné sa vie pour nous. Cet amour n'est pas périphérique, superficiel  ou abstrait. Il est par contre la réalité la plus concrète, la plus enracinée dans notre coeur, en tant que don de son Esprit. Est-il possible d'aimer comme Jésus nous aime puisque en nous réside le vieil homme selon saint Paul, le coeur tordu (curvum cor) selon saint Augustin, "le mal radical" d'après Kant et "la loi de la pesanteur du coeur" selon Simone Weil? Sans la grâce, l'homme n'est pas porté à aimer son prochain comme un autre soi-même, mais à s'aimer dans l'autre.

C'est dans un contexte de repas eucharistique que Jésus donne aux siens ce commandement d'amour. Il leur dit "Que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés". L'amour de Jésus est au service de l'homme, à travers le geste prophétique de laver les pieds souillés de ses disciples. Cette loi de l'amour est nouvelle en tant qu'il constitue l'Unique et radical engagement de la nouvelle alliance scellée dans le sang de l'Agneau. Il ne s'agit pas d'un amour à sens unique. Il s'agit d'un sacrement du frère.

La référence de cette révolution de l'amour n'est ni la philanthropie altruiste, ni le sentiment de sympathie, moins encore l'amour utilitaliste dans son principe "do ut des"(puisque tu donnes, je donne). Cet amour a un nom, le Christ. Il est le coeur de l'action évangélisatrice.

2. ACTION MISSIONNAIRE.
La parole communauté revient souvent dans la première lecture. La mission de Paul ne se fait pas d'une manière individuelle. Paul est accompagné par Barnabé pour jeter les filets de l'Évangile dans l'Asie mineure, l'actuelle Turquie. Ces missionnaires infatigables sont soutenus par l'Esprit Saint qui éveille tant de vocation au presbytérat, mieux encore au ministère sacerdotal.

Partout où ils passent, il proclament l'Évangile, consolident les communautés, choisissent les anciens pour leur donner la responsabilité de guider ces commuautés. L'ordination presbytérale se fait dans un climat liturgique. La mission de Paul et Barnabé par la proclamation de la Parole et le témoignage de vie, opère une ouverture au-delà des frontière du judaisme fermé. Dieu veut le salut de tous par l'adhésion des païens à la foi en son Fils bien aimé.

3. LA CITÉ SAINTE, NOTRE ULTIME DESTINATION.
C'est l'espérance dans le Seigneur qui n'est pas l'espoir purement humain, qui oriente le temps présent, malgré les souffrances de la vie. La deuxième lecture du livre de l'Apocalypse nous donne la joie et la force de résister aux forces du mal qui, dans nos jours, semblent triompher. Dans la cité sainte, Dieu sera notre consolation. Il n'aura ni pleure ni deuil et Dieu essuiera les larmes de leurs yeux. Le salut offert par Dieu à la fin des temps, n'est pas individualiste.

C'est la communauté qui vit dès le présent la victoire de l'Agneau, qui habitera dans la cité sainte, la Jérusalem nouvelle. Dans cette cité céleste, tout ce qui fait peur à l'homme sera détruit.

Il n'y aura pas de mer qui est le symbole du chaos et du mal. Tout sera nouveau, car l'ancien monde aura disparu. Cette vision de la fin glorieuse de l'histoire, n'a rien de commun avec les visions utopiques de la fin de l'histoire. Dieu seul qui nous a faits sans nous, est l'origine, le centre, et le terme de l'existence et de l'histoire universelle. Ainsi, les souffrances, les obscurités, les confustions, les antagonismes et les guerres n'ont pas la dernière parole. Le salut appartient à notre Dieu qui a fait le ciel et la terre.

4. PRIÈRE POUR L'AMOUR VRAI.
Seigneur Jésus, par ta croix et ta mort, tu nous as aimés d'un amour total et incommensurable. Nous te demandons pardon pour nos péchés individuels et collectifs de manque d'attention, de compassion envers nos frères et soeurs souffrants. Aie pitié de nous, pour nos injustices, pour nos vérités sans charité et nos fausses charités sans vérités et pour nos hypocrisies. Guéris nos surdités pour entendre le cri du pauvre devant nos maisons. Ouvre nos yeux pour voir les nécessités de notre prochain. Que notre charité soit inventive. Amen.

Bon dimanche frères et soeurs.
Paix et joie dans ton coeur et dans le monde.
Ton frère Abbé Ferdinand Nindorera
Lourdes, le 14 Mai 2022. 
          

ascova

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore