/ AMBIENTE

AMBIENTE | 16 maggio 2020, 12:36

Réchauffement climatique: des funérailles en montagne

PRUDENCE LE CORONAVIRUS SE CHACHE

Réchauffement climatique: des funérailles en montagne

C'est le dernier rapport du GIEC qui précise sans doute que 80% des glaciers sont condamnés selon le scénario médian d’un réchauffement de +3° d’ici 2080-2100.

Au terme d’une année 2019 qui a vu le glacier Blanc (écrins) et Sarennes (Grandes Rousses) battre les records de fonte de 2003 et à l’occasion de la sortie de l’album "Climat, comment agir ?", aux éditions du Dauphiné Libéré, la question s'impose en Savoie, en Vallée d'Aoste et en Valais.

Evaporé sous l’effet du réchauffement climatique, le glacier du Pizol, dans le sud du canton de St-Gall, est presque mort. Une 'marche funèbre' en montagne organisée par des ONG a rendu hommage dimanche à l’un des glaciers alpins les plus étudiés.

Le petit glacier du Pizol a perdu 85% de sa surface entre 1850 et 2010. Il est exposé au nord et situé entre 2630 et 2780 m d’altitude, ce qui est relativement bas. Il a encore perdu plus de glace en 2011.

Deux phénomènes se sont additionnés pour en arriver à cette situation: l’été très chaud a été suivi d’un hiver pauvre en chutes de neige. Au cours des 120 dernières années, il a rétréci d’environ 400 m sur sa longueur et sa surface n’est plus que de 0,06 km2.

 

i.d.

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore