NOUVELLES EN FRANCAIS - 05 dicembre 2019, 22:13

Lavevaz (Uv) 'Débat du Conseil Régional a réservé passages qui ont été injurieux pour le travail de nos syndics

Cette semaine la politique valdôtaine a débattu de collectivités locales, toutefois avec des envergures et surtout des sensibilités différentes

Lavevaz (Uv) 'Débat du Conseil Régional a réservé passages qui ont été injurieux pour le travail de nos syndics

Le débat est commencé en début de semaine avec la discussion et l’approbation au Conseil de la Vallée de la nouvelle loi pour l’élection des syndics, des vice-syndics et des conseils communaux de notre région. Finalement, on pourrait dire, en considérant que la sous-dite loi était sollicitée à grande voix par les syndics depuis le mois de mars dernier, en considérant aussi l’approcher des prochaines élections communales de mai 2020. L’Union Valdôtaine prend acte avec satisfaction de l’accord trouvé entre les forces politiques, mais, en même temps, regrette que l’organe législatif régional n’ait pas pu accueillir toutes les requêtes légitimes du Conseil Permanent des Collectivités Locales.

La nomination de la sous-commission pour l’analyse de la réforme de la loi 6/2014 on espère puisse aboutir à un résultat différent, qui puisse tenir dans la juste considération les prérogatives que la loi 54/1998 a attribué au CPEL. On estime donc, pour commencer, que le texte, que la sous-commission devrait analyser, soit le texte de loi proposé par les syndics valdôtains.

Le débat au sein du Conseil Régional a toutefois réservé des passages qui ont été absolument injurieux pour le travail que nos syndics font dans nos communes, avec dévouement, passion et grande responsabilité. Toutes les contradictions de forces de minorité, tel que Mouv, qui, tout en se déclarant à la presse, par la voix de Elso Gerandin, compact et fièrement partisan de la loi et de l’activité des administrations communales, et qui a voté pour deux tiers contre la proposition de loi, sont émergées. Ces mêmes conseillers, surtout, ont taché de tourner tout le débat maladroitement sur les rémunérations des syndics, en banalisant aussi, ce qui est encore plus grave, le travail des administrateurs locaux.

Le conseiller Cognetta, pas encore satisfait, a attaqué aussi les Unités de Communes, en particulier l’Unité des Communes Grand-Combin sur la gestion de la résidence pour personnes âgés de Variney.

Encore une fois le populisme, mal dissimulé, de qui peu connaît de la gestion quotidienne de ces structures et des efforts que les collectivités locales ont faits dans les années pour rationaliser les frais et pour rendre le système de gestion des résidences un exemple pour d’autres régions italiennes, a dépassé le respect des rôles et des personnes.

Erik Lavevaz

Ti potrebbero interessare anche:

SU