Governo Valdostano | domenica 22 settembre 2019 04:24

Governo Valdostano | 28 agosto 2019, 21:22

Au col du Petit-Saint-Bernard, l’événement annuel ALCOTRA

mercredi 28 août, le col du Petit-Saint-Bernard a accueilli l’événement annuel du Programme de coopération transfrontalière France/Italie ALCOTRA 2014/2020, cofinancé par l’Union européenne, au moment même du passage au col de la TDS (Sur les traces des Ducs de Savoie), cette compétition de trail organisée dans le cadre de l’UTMB 2019

Photo Paolo Rey

Photo Paolo Rey

’est Eric Fournier, Vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, représentant l’Autorité de gestion du Programme de coopération européenne France/Italie ALCOTRA, qui a ouvert l’événement annuel de communication 2019, en rappelant l’importance de ce Programme pour les territoires transfrontaliers impliqués et le nombre de projets financés par l’Europe : Plus de 750 projets depuis le début du Programme en 1990. Pour cette période 2014/2020, 156 projets ont déjà été programmés pour un montant de 170 millions d’euros. 

L’Assesseur aux Affaires européennes, aux Politiques du travail, à l’Inclusion sociale et aux Transports, Luigi Bertschy a ensuite expliqué que : Si nous avons choisi d’organiser ce rendez-vous sur un site symbolique et de l’associer à une compétition de course en montagne à vocation transfrontalière, c’est pour engager une ample réflexion sur la coopération dans les Alpes du Nord et pour souligner la particularité de nos territoires frontaliers. L’Administration régionale est particulièrement attentive aux opportunités qu’offrent les projets de coopération, du fait des retombées importantes que ceux-ci peuvent engendrer pour nos populations et nos territoires, car ils permettent de réaliser des projets cohérents avec nos priorités. La coopération se développera encore au cours du prochain programme, 2021/2027, car nous entendons utiliser les fonds structurels européens pour lancer des projets innovants et porteurs, qui répondent aux exigences de notre communauté.

Lors de cette rencontre, à laquelle ont également pris part le syndic de La Thuile Mathieu Ferraris et le maire de Chamonix Eric Fournier, les échanges ont encore une fois été centrés sur le développement durable et la gestion des déchets en montagne, sur les territoires de l’Espace Mont-Blanc : Nous sommes convaincus que les projets européens peuvent représenter des ressources importantes pour relever les défis que pose l’adaptation au changement climatique – a souligné l’Assesseur à l’Environnement, aux Ressources naturelles et au Corps forestier et Vice-président de l’Espace Mont-Blanc, Albert Chatrian mais aussi pour protéger et valoriser l’exceptionnel patrimoine naturel et culturel qui est le nôtre. La montagne est un territoire fragile et en ce moment, nous devons avoir la force de faire des choix stratégiques fondamentaux si nous voulons faire en sorte que l’homme vive en harmonie avec la nature : il nous faut pour cela préserver l’environnement et créer les conditions adéquates pour que la montagne continue à être habitée. La politique se doit de donner naissance à des idées et à des visions stratégiques afin d’atteindre ces objectifs : pour ce faire, nous pensons que la bonne voie consiste à coopérer avec des territoires présentant les mêmes caractéristiques et à programmer efficacement les ressources européennes.

En sa qualité de maire de Chamonix et de vice-président de l’Espace Mont-Blanc, Eric Fournier a insisté sur la nécessité d’agir concrètement, afin de trouver des solutions pour prévenir le réchauffement climatique sur le territoire exceptionnel du Mont-Blanc.

La réunion s’est ensuite poursuivie par un approfondissement sur les bonnes pratiques relatives à la gestion des déchets en montagne, et notamment sur le développement durable au niveau du col du Petit-Saint-Bernard, qui se trouve au centre de nombreux projets transfrontaliers.

Ce sont Véronique Veyrat, responsable du service ALCOTRA de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, l’autorité de gestion, et Anna Maria Careri, chef du Bureau de représentation de la Région autonome Vallée d’Aoste à Bruxelles, qui ont conclu la réunion en présentant une synthèse des travaux.

Pendant la réunion et parallèlement aux travaux, les guides de la nature et les archéologues de la Surintendance des activités et des biens culturels de la Région ont accompagné de nombreux groupes à la découverte du patrimoine du col et des projets ALCOTRA : les mansio romaines, le cromlech, le jardin botanique Chanousia et l’Hospice du Petit-Saint-Bernard.

RED. POL/IP

Ti potrebbero interessare anche:

Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore