POLITICA | sabato 21 aprile 2018 13:52

POLITICA | mercoledì 21 marzo 2018, 10:49

À Bruxelles journée de rencontres pour le Président de la Région

Le président Laurent Viérin

Après avoir souscrit la déclaration concernant la Position de l’Eurorégion Alpes-Méditerranée sur l’avenir de la politique de cohésion, le Président de la Région, Laurent Viérin, ainsi que les quatre autres représentants des Régions faisant partie de l’Eurorégion, ont rencontré les différents membres de la Commission européenne.

Au cours du premier entretien, le Président de la Région a demandé au Commissaire au budget, M. Gunther Oettinger de renforcer la politique de cohésion en garantissant une allocation de ressources en faveur des territoires de montagne plus importante, en particulier pour ce qui est de la politique agricole de montagne et des services essentiels que les territoires alpins doivent garantir, à savoir les transports, l’éducation, les services sanitaires ou d’assistance et encore les réseaux à haut débit.

Avec M. Risto Artjoki, directeur de cabinet du Vice-président de la Commission européenne à l’emploi, à la croissance, aux investissements et à la compétitivité J. Katainen, le Président de la Région a rappelé les différents projets transfrontaliers que la Vallée d’Aoste a mis en place au cours de ces dernières années, comme par exemple le PIT Espace Mont-Blanc, le projet «E-rés@mont» et le projet «MisMI» (Modèle intégré de Santé pour une Montagne Inclusive).

Le Président de la Région a rencontré M. Nicola de Michelis, directeur de cabinet de la Commissaire européenne à la politique régionale Corina Cretu. Durant cette réunion, ont été examinés les problèmes relatifs à l’agriculture de montagne - dont la Vallée d’Aoste est certainement l’une des régions les plus représentatives en raison de son territoire -, ainsi que la nécessité de rendre plus souples, simples et rapides les procédures bureaucratiques. Celles-ci devraient être basées sur des dispositions d’application différentiées et flexibles des règlements en matière d’agriculture, sur la promotion d’actions collectives et territoriales, et bénéficier d’aides plus importantes en ce qui concerne les pratiques et les activités, les mieux adaptées aux spécificités locales.

Il a été souligné au cours de cette rencontre que l’espace de montagne des Alpes revêt un intérêt primaire même pour les zones de plaine: il suffit de penser à la centralité de la sauvegarde du territoire du point de vue hydrogéologique pour la réduction des risques liés aux inondations. Mais la politique de cohésion, comme l'a souligné le Président de la Région, ne peut pas aider les zones de montagne sans prendre en considération les surcoûts et les spécificités de ces services. Cela est valable surtout pour ce qui est des investissements, qui doivent tenir compte des coûts plus élevés liés aux caractéristiques du territoire.

Le dépeuplement des zones de montagne en difficulté ne peut être ralenti et inversé que dans le cadre d’une approche qui comprenne, d’une part, la disponibilité de services comparables à ceux des zones de plaine, et, d’autre part, une stratégie de développement intersectorielle.

info région

Ti potrebbero interessare anche:
Prima Pagina|Archivio|Redazione|Invia un Comunicato Stampa|Pubblicità|Scrivi al Direttore